Si on considère qu’un employé classique français passe plus de la moitié de son existence au bureau, il convient de se pencher sur les différents paramètres qui vont nécessairement influer sur son état de santé.

Outre les aspects psychologiques comme le stress, la pression hiérarchique ou la mauvaise ambiance avec les collègues qui peuvent grandement peser sur le moral, les facteurs matériels peuvent également jouer un rôle de premier ordre sur le bien-être au travail.

L’ennemi du dos

Le dos est l’une des premières parties du corps à être sollicitée avec un emploi du bureau type employé administratif, secrétaire ou encore comptable, c’est pourquoi l’assise est d’une importance capitale. Un bon siège de bureau adapté et réglé à la bonne hauteur pourra vous changer la vie ! Considérez que si vos jambes et vos bras sont à l’équerre, le réglage est adapté. De plus, le rembourrage du fauteuil jouera aussi sur la durée du temps de travail que vous serez capable d’endurer face à votre bureau. N’hésitez pas à en toucher un mot à votre hiérarchie. Pour des emplois de bureau, le confort est indispensable pour une meilleure rentabilité et efficacité au quotidien.

Attention aux yeux

Les écrans d’ordinateurs, bien qu’outils de travail indispensables, représentent un véritable fléau pour la vue. A force de fixer votre écran, de petits vaisseaux éclateront, vos yeux commenceront à piquer et s’en suivront des douleurs dans les cervicales, de la fatigue et également des maux de tête sur la durée. Il faut donc garder une bonne distance entre votre écran et vos yeux et que l’écran soit surélevé par rapport en plan de travail pour éviter de forcer sur votre cou.

S’ajoutent au dos et aux yeux des problèmes de mauvaise circulation du sang (qui peuvent être réglé avec un simple appareil), le syndrome de la souris,  douleurs musculaires au niveau des jambes ou encore des difficultés digestives, c’est pourquoi l’impact des emplois de bureau sur l’organisme doivent être pris en considération si des soucis de santé viennent à être détectés.

À lire aussi : Comment se protéger au travail