pourquoi la calvitie chez les hommes

La calvitie ou l’alopécie désigne une absence partielle ou complète de chevelure. En général, les hommes sont les plus souvent affectés par ce problème qui touche environ 10 millions de Français. Voici donc les causes, symptômes et traitements pour lutter contre la calvitie.




Les causes qui entraînent la calvitie

La calvitie ne concerne pas que les hommes. Les femmes sont aussi touchées par cette pathologie qui entre en scène vers l’adolescence et la quarantaine. Celle-ci est causée par un grand nombre de facteurs. Une trop « grande fatigue » appelée aussi asthénie, peut conduire à la perte de cheveux. Dès que le corps ressent cette fatigue, le système organique relié à la pilosité crânienne s’affaiblit provoquant ainsi la diminution des sécrétions d’hormones et du liquide sanguin. « Le stress » provoque la prolifération d’hypophyse qui produit les androgènes, pires ennemies des cheveux. Cette glande pituitaire résulte des chocs émotionnels, des tensions familiales ou professionnelles.

On en compte trois types à ce jour : le stress majeur, le stress quotidien et le stress de perte de cheveux. « La carence en fer » qui se chiffre à moins de 40ng/l de sang dans le corps. En effet le fer est un élément essentiel car il est utile aux globules rouges pour renforcer les tissus constructeurs de cheveux en leur garantissant un niveau acceptable d’oxygène. La présence en masse de « testostérone » accélère la poussée excessive des cheveux et modifie le cycle naturel de vos cheveux. Cette action fatigue le cuir chevelu, ce qui rend les cheveux extrêmement fins et mène inévitablement à une calvitie. Les cheveux arrêtent de pousser, les cheveux sur  fronts et les golfes deviennent quasi inexistants.

« L’hérédité » est la principale cause de l’alopécie chez les hommes. Si vos parents ont un crâne dégarni, méfiez-vous la calvitie n’est pas loin. Il s’agit ici de l’alopécie androgénétique qui apparaît entre 25 ans à 35 ans. « Une alimentation déséquilibrée » et « une prise permanente de médicaments » peuvent également être des facteurs qui conduisent à une calvitie.

Les symptômes annonciateurs d’une calvitie

La chute de cheveux touche un Français sur trois. Si la chute ne dépasse pas 1000 cheveux par jour, aucun risque ni danger. À l’inverse, c’est le signe annonciateur d’un début d’alopécie. Le signe précurseur est un dysfonctionnement du circuit naissance-croissance et mort des cheveux. Familiarisez-vous avec l’échelle de Hamilton (pour les hommes) et de Ludwig (pour les femmes) pour comprendre le cycle de vie de vos cheveux.

Chez les hommes, plusieurs zones subissent la calvitie : la tonsure, le front, les tempes, le tourbillon et le toupet. Dès que ces signaux alarmants apparaissent à ces niveaux, demandez l’avis de votre médecin traitant. En général, les golfes des tempes commencent à se dégarnir. Cette zone doit être la première à être vérifiée minutieusement et régulièrement. Le toupet est la seconde zone qui mérite une attention particulière. La troisième zone est le front. Les cheveux qui poussent sur ce dernier disparaissent complètement ou partiellement vers l’arrière.

Chez les femmes, les signes se manifestent surtout sur la raie des cheveux. Les cheveux chutent et cessent de repousser. Si vous constatez que la raie devient fine et ensuite dégagée, consultez rapidement votre médecin qui vous prescrira diverses analyses et examens à faire.

Les différents types de calvitie

La calvitie est un fléau qui n’épargne personne. Celle-ci peut débuter dès l’âge de 14 ans ou notamment à 40 ans. La perte de cheveux est et reste une anomalie dermatologique. À ce jour, on distingue sept types de calvitie :

  • « L’alopécie diffuse » ou effluvium atteint l’ensemble du cuir chevelu et non une petite partie du crâne. Les causes connues de ce type de calvitie sont des troubles de l’organisme qui résultent d’une chimiothérapie, une radiothérapie, ou un manque de fer.
  • « L’alopécie androgénétique » est une évolution anormale de perte de cheveux chez le mâle et la femelle. Plus l’androgène est supérieur, plus les risques d’une calvitie sont élevés. Dès que la ligne frontale recule et que le front se dégarnit, c’est un signe prématuré d’une calvitie.*
  • « La chute de cheveux saisonnière » est causée par une maladie, une fatigue ou une grossesse à chaque changement de saisons.
  • « L’alopécie de traction » ou l’alopécie du chignon est une perte croissante de cheveux due à une coiffure trop serrée ou tirée vers l’arrière.
  • « La calvitie précoce » apparaît très vite au moment de l’adolescence. Les golfs sont les premiers sur la liste.
  • « La calvitie naissante » commence par des trempes dégarnies. Les cheveux situés à l’arrière du crâne deviennent fins et tendent à disparaître.
  • « La calvitie héréditaire » où la transmission génétique de l’homme ou de la femme  joue un rôle important. Les cellules du cuir chevelu deviennent sèches suite à un excès d’hormones mâles.

Les mesures préventives contre la calvitie

Il est déterminant de connaître les causes pour lutter contre la calvitie. Comme il a été mentionné plus haut, il faut éviter de se fatiguer dans la mesure du possible. Dans le même ordre d’idée, réduire au maximum les facteurs de stress. Ceci nous oblige à mener une vie calme avec une pause obligatoire entre deux activités, si possible loin du bruit, un sommeil suffisant à des heures régulières. Un temps de sommeil de 7 à 8 heures par jour. Le mieux est de s’endormir tôt pour se lever tôt.

Adoptez une alimentation saine et équilibrée ou l’apport en fer doit être privilégié avec des aliments tels que : le cresson, la betterave, les légumes secs, le foie, les huitres, le soja, le tofu, la viande rouge et les céréales non raffinées. N’oubliez pas le boudin noir qui est l’un des aliments le plus riche en fer. Intégrez ces aliments dans votre alimentation quotidienne et vous verrez les bienfaits au fur et à mesure.

Nous pouvons gérer ces habitudes et adoptez donc un mode de vie plus sain, contrairement aux causes qui sont indépendantes de notre volonté comme l’hérédité, le taux élevé de testostérone, la prise de médicaments et les grossesses à problème. Si vous suivez à la lettre ces précédentes recommandations, vous saurez comment éviter la calvitie.

Les traitements (médicamenteux, naturels et interventions chirurgicales)

Pour lutter contre la calvitie, il existe plusieurs types de traitements :

Les traitements médicamenteux

Deux traitements médicamenteux sont délivrés par prescription médicale d’un dermatologue: une lotion (minoxidil) et un médicament en comprimé (finastéride). Les patients ont le choix entre l’un ou l’autre. La prise d’un de ces médicaments dépend de leur préférence ou d’un traitement déjà expérimenté. L’usage de ces deux médicaments conditionne le choix du patient : local ou oral ?

Traitement local contre la calvitie

Le « minoxidil » est une lotion à appliquer matin et soir sur le cuir chevelu. Le résultat diffère d’un individu à l’autre : sur les uns, elle active la repousse, sur les autres, elle stabilise et arrête la chute, mais malheureusement sur certains elle peut ralentir la chute sans une action notoire.

Traitement par voie orale contre la calvitie

Par voie orale, le « finastéride » est prescrit à raison d’un comprimé d’un milligramme par jour. Dans la majorité des cas, il permet d’éviter la chute des cheveux, et même dans certains cas, une repousse visible au bout d’un an de traitement. Ce médicament ne présente aucune interaction avec l’alimentation ou la prise d’autres médicaments et peut se prendre à n’importe quel moment fixe de la journée. Les résultats ne sont visibles qu’après trois à quatre mois de traitement, comme pour le minoxidil.  Dans les deux cas, l’efficacité persiste tant que le traitement continue.

Les traitements naturels

Nombreux remèdes naturels peuvent également freiner la chute de cheveux. Même si ceux-ci n’ont aucun fondement scientifique concret, découvrez-les sans limites.

  • « L’ail, le citron et l’oignon », trois aliments utilisés en cuisine qui peuvent être d’une aide efficace contre la calvitie. Prenez une gousse d’ail, un oignon et le jus d’un citron. Mélangez le tout et en extraire le jus qui sera appliqué sur le cuir chevelu. Laissez reposer pendant 20 mn puis rincez.
  • « Un verre de lait de coco (200 ml) et deux carottes » que vous répartirez sur le cuir chevelu, une fois le jus de carotte extrait. Répartissez sur le cuir chevelu et faites une pause de demi-heure avant de rincer.
  • « Le vinaigre de pomme ou de riz » qui améliore le flux sanguin du cuir chevelu. Massez votre crâne avec 2 cuillères à soupe du produit et laissez agir pendant 10 mn puis rincez.
  • « L’aloe vera » et son gel aux mille vertus qui hydrate et protège le cuir chevelu. Vous aurez besoin de deux cuillerées à soupe de gel que vous répartirez sur la chevelure. Attendre 10 minutes et nettoyer la tête à l’eau tiède.

Les traitement chirurgicaux (greffe capillaire)

La transplantation de cheveux est une intervention chirurgicale qui se pratique pour faire face à la calvitie. Il s’agit d‘implanter du cuir chevelu de la partie en arrière du crâne sur les zones qui ont subi la calvitie (front, les golfs des tempes etc…). Le chirurgien peut également assembler du cuir chevelu des surfaces chauves avec des zones plus chevelues. Actuellement, les micro-injections sont des techniques ingénieuses qui transplantent les follicules pileux.