Depuis des millénaires, les cheveux sont dans de nombreuses cultures synonymes de beauté et de force. Une chevelure vigoureuse et abondante est associée à quelqu’un de charismatique et de remarquable, et la chute de cheveux n’est de toute évidence pas perçue comme un cadeau pour la majorité. Découvrez pourquoi ce phénomène semble plus concerner les hommes que les femmes…

Les différentes formes de chute de cheveux : cas de l’alopécie

Il y a de nombreux types de pertes de cheveux, et certains sont dus au changement de saisons par exemple. Ainsi, en automne, les hommes comme les femmes voient leurs cheveux chuter plus que d’habitude. Ces chutes passagères ne durent toutefois pas au-delà de 3 mois la plupart du temps.

Mais, quand il s’agit de calvitie (ou alopécie androgénogénétique), c’est toute l’espérance de vie du cheveu qui est en question.

  • Le cheveu repousse alors de plus en plus fin après chaque chute.
  • Le cheveu finit par ne plus repousser du tout.

Ce mécanisme de perte de cheveux qui semble plus définitive est bien plus remarqué chez les hommes que chez les femmes, et la raison en est simple : il s’agit d’hormones masculines.

Un mécanisme hormonal

Dans la majorité des cas, la perte partielle ou totale des cheveux arrive de façon lente et diffuse. Ce sont les hormones masculines qui sont présentes dans le sang qui sont en cause. La testostérone devient de la dihydrotestostérone, et cette hormone a pour effet de ralentir la croissance du cheveu. Elle active en fait le follicule du cheveu et l’amène de façon prématurée à la vieillesse. Le mécanisme concerne donc aussi les femmes, mais chez ces dernières, les manifestations sont plus discrètes en raison d’un taux d’hormones évidemment bien plus bas. D’un autre côté, on peut aussi remarquer qu’il est plus simple d’ignorer les pertes de cheveux des femmes, étant donné qu’elles les gardent souvent plus longs.

À lire aussi :