Dans la vie d’une femme, l’arrivée de la ménopause s’accompagne la plupart du temps de divers symptômes pouvant parfois altérer véritablement la qualité de vie. Des solutions existent pour pouvoir contrer les effets secondaires de la ménopause tels que les traditionnels traitements hormonaux substitutifs ou encore des alternatives naturelles qui séduisent quant à elles toujours plus d’adeptes.

Les traitements naturels

De plus en plus de femmes décident de se tourner vers des médecines douces pour soulager les symptômes liées à la ménopause. Plusieurs traitements naturels existent et permettent d’éviter d’avoir recours à des traitements médicamenteux classiques.

Les compléments alimentaires

En comprimés ou sous forme de poudre, les compléments alimentaires démontrent une réelle efficacité lorsqu’ils sont consommés en cure ou sur le long terme et dans le cadre d’une bonne hygiène de vie. Les compléments alimentaires les plus efficaces dans la maîtrise des symptômes de la ménopause sont les suivants :

  • Le maca : comme le propose le laboratoire Français Dynveo, ce tubercule originaire du Pérou est utilisé pour réguler la production hormonale chez la femme. Il aurait également des vertus aphrodisiaques, il serait donc particulièrement indiqué pour contrer les baisses de libido liées à la ménopause.
  • La mélatonine : souvent décrite comme l’hormone du sommeil, elle aide à retrouver un sommeil réparateur et permet de lutter contre les insomnies.
  • Le magnésium : c’est l’un des quatre minéraux essentiels au bon fonctionnement de l’organisme, il permet de lutter efficacement contre le stress et l’irritabilité.
  • La vitamine D et le calcium : la ménopause provoque chez la femme un risque accru d’ostéoporose. Afin d’empêcher ce phénomène de déminéralisation, une supplémentation en calcium et en vitamine D est indispensable pour préserver le capital osseux.

Les phytohormones

Ces molécules végétales naturelles présentent une structure chimique relativement proche de celle des hormones féminines. Ces composés végétaux possèdent la capacité de se fixer sur les récepteurs de ces hormones et donc d’en minimiser les effets. En d’autres termes, certaines plantes auraient la faculté de compenser en partie la chute des hormones se produisant à la ménopause. Ainsi, le gattilier et l’achillée mille-feuilles agiraient comme la progestérone tandis que la graine de soja et la gaine de lin (qui permet de lutter contre les bouffées de chaleur) seraient de véritables phytoœstrogènes par exemple.

L’homéopathie

Lorsque les symptômes de la ménopause deviennent difficiles à supporter, ils peuvent être améliorés en grande partie grâce à l’homéopathie sans toutefois avoir à en subir les effets secondaires comme il s’agit d’une médecine naturelle. Ces petites granules peuvent atténuer les signes de la ménopause tels que les troubles de l’humeur, les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale ou encore les règles irrégulières et abondantes que l’on retrouve fréquemment en période de pré-ménopause.

À lire aussi : L’homéopathie ne devrait plus être remboursée

Les huiles essentielles

En traitement des effets secondaires liés à la ménopause, les huiles essentielles ne cessent de démontrer leur efficacité. Chaque symptôme peut être traité par une huile essentielle qui lui est propre. L’huile essentielle de sauge est ainsi particulièrement efficace en cas de bouffées de chaleur ou sueurs nocturnes, la lavande officinale recommandée pour atténuer les sautes d’humeur et l’anxiété et la marjolaine connue pour lutter contre l’insomnie. Les huiles essentielles sont à utiliser en prenant certaines précautions en raison de leur possible toxicité lorsqu’elle sont utilisées pures.

Les traitements hormonaux substitutifs

Lorsque les symptômes de la ménopause affectent de manière trop importante le quotidien et que les alternatives naturelles ne suffisent plus à les atténuer, certaines femmes se voient prescrire par leur médecin un traitement hormonal substitutif ou THS. Ces traitements visent à rééquilibrer les taux d’œstrogènes et de progestérone qui ont tendance à fluctuer et à chuter à la ménopause, ce qui permet d’en limiter les effets secondaires. Ces hormones artificielles peuvent être administrées de manière orale sous forme de comprimé ou de manière sous-cutanée par l’intermédiaire de gel ou de patchs.

Les traitements hormonaux substitutifs restent parfois cependant controversés en raison des effets secondaires qu’ils apportent mais aussi car ils joueraient un rôle dans l’apparition et le développement de certains cancers, notamment le cancer du sein et de l’ovaire. C’est pourquoi en cas de prescription, un suivi médical régulier est indispensable pour contrôler l’état de santé de la patiente.

À lire aussi : 15 conseils pour stimuler son métabolisme après 50 ans