Maladie virale grave et très contagieuse qui se transmet par contact direct ou par l’air, la rougeole infecte les voies respiratoires puis se propage à tout l’organisme.

L’introduction du vaccin en 1963 s’est généralisée et on estime qu’entre 2000 et 2016, elle aurait permis d’éviter 20,4 millions de décès. Cependant, la rougeole reste l’une des causes importantes de décès du jeune enfant. Parallèlement, on estime que 89 780 personnes, dont une majorité d’enfants de moins de 5 ans, sont mortes de la rougeole en 2016.

Qu’en est-il en France ?

Malgré l’existence et l’efficacité des vaccins, la rougeole court toujours dans notre pays et touche des patients plus âgés. Entre 2011 et 2018, Santé publique France estime à plus de 10.000 le nombre de cas de rougeole (cf. Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) du 23 avril 2019).

En effet, le nombre de cas déclarés de rougeole est de 5311 mais ce chiffre est nettement revu à la hausse car de nombreux cas de rougeole ne sont pas déclarés. L’âge moyen des cas d’infection est de 16 ans, bien que le nombre de cas le plus élevé se situe chez les moins d’un an. Cet âge moyen est en forte hausse et la rougeole infecte donc des individus de plus en plus âgés. Plus l’individu est âgé, plus la rougeole présente un risque élevé de complications au niveau pulmonaire et infectieux. D’autre part, on estime que la circulation active de la rougeole en France serait due en partie à une couverture vaccinale encore insuffisante. A noter que depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccinations sont obligatoires dans le calendrier vaccinal des nourrissons, dont la vaccination contre la rougeole.

À lire aussi : Le sida, oui, c’est toujours d’actualité !

Qu’en est-il dans le monde ?

A l’instar de la France et de manière bien plus soutenue, l’épidémie de rougeole est toujours active et touche le monde entier. Selon les chiffres communiqués par l’Organisation Mondiale de la Santé – OMS- le nombre de cas a bondi de 300% sur les trois premiers mois de l’année 2019. Cent soixante-dix pays ont signalé 112 163 cas de rougeole à l’OMS, contre 28 124 cas l’an dernier à la même date.

L’épidémie s’est à priori propagée pour deux raisons majeures : la forte mobilité des personnes à travers le monde via les différents moyens de communication, notamment aériens, et une défiance accrue envers les vaccins. D’ailleurs, une forte disparité réside entre les pays riches et les pays pauvres. En effet, l’Afrique est actuellement le continent le plus touché avec une augmentation de +700% sur les trois premiers mois de 2019 en comparaison avec le nombre de cas recensés sur le même période l’année précédente. L’Europe n’est pas en reste avec une augmentation de +300%, suivie par la Méditerranée orientale avec +100 %, les Amériques avec +60 % et la région de l’Asie du Sud-Est et Pacifique occidental avec +40 %.

Face à la rougeole, le vaccin reste la seule prévention possible et unique solution contre cette maladie très contagieuse qui n’a pas de traitement. Les gouvernements du monde entier tentent d’endiguer l’épidémie en distribuant des masques et gants pour se protéger face à la contamination ou en prenant des décisions comme la municipalité de New York qui a récemment décidé de rendre la vaccination obligatoire dans certains quartiers de la ville.