Ne pas vouloir se séparer de certains objets dans notre maison car nous y sommes attachés est tout à fait normal. Mais lorsque nous avons du mal à jeter tous les objets que nous accumulons au cours de notre vie, cela peut relever de la maladie mentale.

La Syllogomanie et  les syndromes de Diogène et Korsakoff sont des troubles psychiques qui fascinent de plus en plus. La société actuelle est caractérisée par une surconsommation de masse de la population dans le monde entier et ces pathologies en sont les conséquences directes.

La Syllogomanie

La Syllogomanie est le terme médical utilisé pour décrire un trouble psychologique chez l’individu se caractérisant par l’accumulation excessive d’objets qui sont pour la plupart inutiles et sans aucunes valeurs marchandes. Le patient atteint de Syllogomanie ne peut se résoudre à se séparer de ces objets.

Il existe de nombreux symptômes facilement reconnaissables de la Syllogomanie. Ce trouble mental consiste à accumuler des objets qui ne sont pratiquement jamais utilisés et sans valeur. Le premier symptôme est ce besoin que l’on ressent de vouloir conserver ces objets. On ressent également une « flemme » de les trier entrainant une impossibilité de le faire. Un individu ayant ces symptômes depuis plus de 6 mois peut considérer qu’il est atteint de Syllogomanie. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site https://syllogomanie.fr/.

Les causes de cette pathologie sont encore inconnues, cependant certains psychologues émettent des hypothèses sur la question. La Syllogomanie se déclenche généralement après la perte d’un proche qui nous est cher. Des éléments perturbateurs de notre vie liés à nos émotions peuvent engendrer des troubles mentaux. Les pertes (divorce, décès, déception amoureuse…) vont créer un manque affectif, l’individu va donc tout faire pour combler ce vide en accumulant des objets dans son espace vitale créant un isolement dans un espace confiné.

Le syndrome de Diogène

Le syndrome de Diogène est représenté comme un sous-groupe de patients qui sont atteints de Syllogomanie. Ils accumulent pathologiquement les objets mais ils ont aussi une hygiène corporelle négligée et souffrent d’un isolement social important. Ce sont donc deux troubles comportementaux différents.

Le syndrome de Diogène est en corrélation avec la Syllogomanie mais les deux troubles pathologiques restent très différents. Les personnes concernées par ce syndrome ont également une incapacité à jeter les objets inutiles, ce désordre impactent directement la vie de ces derniers.

Les principaux symptômes du syndrome sont caractérisés par une hygiène corporelle délaissée, un lieu de vie négligé, une forte accumulation d’objets sans valeurs mais aussi de déchets et parfois d’excréments, l’isolement social et le refus de voir des gens…

Tout le monde peut être concerné par ce syndrome quel que soit l’âge ou le genre. Cependant on remarque chez les jeunes, le syndrome de Diogène est souvent en corrélation avec une maladie psychiatrique telle que la schizophrénie. Pour les personnes âgées, le décès d’un conjoint de longue date peut entrainer l’apparition du syndrome. Un choc émotionnel important ou un problème durant l’enfance sont les causes directes de ce trouble mental.

À lire aussi : Comment prévenir le syndrome de Diogène

Le syndrome de Korsakoff

Le syndrome de Korsakoff se définit par une perte de la mémoire à court terme et une désorientation spatio-temporelle. C’est un autre syndrome lié à l’accumulation d’objets puisque les personnes oublient de les jeter.

Contrairement aux deux pathologies précédentes, l’accumulation d’objets dans le lieu de vie est une conséquence du syndrome de Korsakoff. C’est une maladie liée à une carence en vitamine B1 qui engendre des lésions définitives dans certaines régions du cerveau responsable de la mémoire. Cela entraine des troubles cognitifs avec des pertes de mémoire sur le court terme et une totale désorientation spatio-temporelle. Le profil « type » des personnes concernées par ce syndrome sont les alcooliques chroniques et les personnes souffrant de malnutrition. L’alcool perturbe directement l’absorption des vitamines B1 essentielles pour le corps. Les personnes qui souffrent de malnutrition ont souvent des carences en vitamines entrainant ces lésions au cerveau.

Le syndrome de Korsakoff est une pathologie neurodégénérative, il n’existe à ce jour pas de solution de guérison possible.

Les symptômes du syndrome sont un peu similaires à ceux du syndrome de Diogène, les individus concernés  sont dans le déni ils ne se rendent pas compte qu’ils ont besoin d’aide au quotidien. Ces derniers ressentent un fort sentiment d’isolement social, professionnel et familial. Le manque de motivation, la perte de mémoire à court terme ainsi qu’une tendance à la procrastination engendre l’accumulation d’objets dans leurs lieux de vie. Les autres signes distinctifs du syndrome sont liés à la mauvaise hygiène de l’individu.

Les conséquences de la pathologie peuvent être très grave si la personne refuse définitivement d’être prise en charge. Même si le syndrome est incurable, il est toutefois possible de s’adapter aux troubles afin d’améliorer le quotidien des personnes concernées et de leur entourage.

Conclusion

Ces nouvelles pathologies sont en lien direct avec l’évolution de la société sur l’accroissement de la surconsommation dans le monde entier. On consomme des produits inutiles de plus en plus sans pour autant en avoir besoin et sans aucune valeur marchande. Ces syndromes peuvent très vite se développer que ce soit chez les jeunes, les adultes ou les seniors. Les individus accumulent rapidement des objets qui n’ont pourtant aucune valeur et se retrouvent dépassés par la situation. Les lieux deviennent des endroits insalubres, entrainant un isolement et un repli sur soi.

La Syllogomanie ainsi que le syndrome de Diogène peuvent être traités par des spécialistes du comportement et en psychologie. Il faut plusieurs séances afin de rééquilibrer les émotions du patient et de lui redonner confiance en lui. Cela permet d’effacer ce manque affectif et ce besoin compulsif d’accumuler des objets. Le syndrome de Korsakoff est irréversible et touche des régions du cerveau qui ne peuvent pas se reconstruire à l’aide d’un traitement.

Néanmoins, l’individu peut limiter les symptômes du syndrome en traitant les problèmes d’alcool pour les alcooliques chroniques ou en entamant une thérapie pour se nourrir convenablement pour les personnes souffrant de troubles alimentaires.

Crédit image : Radio-canada.ca

Recevez nos dossiers exclusifs