Ce jeudi, le projet de loi santé soutenu par la ministre de la santé Agnes Buzin visant à mettre fin au « numerus closus » des étudiants en médecine à été voté par les députés et sénateurs. La modification du texte de loi devrait être définitivement adopté fin Juillet 2019.

Dans le cadre du processus de la réforme des études de santé, la modification du dispositif prévoyait d’obliger les internes en médecine à effectuer leur dernière années d’étude de 3ème cycle dans les déserts médicaux. Cette réforme avait été votée par le Sénat contre l’avis du gouvernement.

C’est en CMP qu’un compromis a été trouvé par les députés et sénateurs obligeant les internes à effectuer un minimum de six mois dans un désert médical, supervisés par un médecin. Si cette réforme à de grandes chances de ne pas satisfaire la grogne des internes qui s’opposaient tout simplement à son retrait, ce mesure est un excellent début pour la lutte contre les déserts médicaux. Les différents représentant attendent avec impatiente la publication du nouveau texte pour réagir. Ces derniers militent sur le fait que le risque est de dégrader la qualité de la formation des médecin pour rattraper les erreurs des gouvernements successifs en matière de l’accès aux soins sur tout le territoire.

À voir les nombreuses réactions des internes en médecine sur les réseaux sociaux, pas sûr que cette réforme va apaiser leur colère. Affaire à suivre…

À lire aussi : Le Conseil d’Analyse Économique recommande la légalisation du cannabis