Concernant les frais de santé, la plupart des actes médicaux sont pris en charge par la Sécurité Sociale mais seulement à hauteur d’un certain pourcentage, le reste à payer restant à votre charge. Afin de vous éviter de mettre la main au porte-monnaie à chaque dépense de santé, il est fortement recommandé de souscrire à une complémentaire santé, autrement appelée mutuelle, qui se chargera de régler la différence. Il existe une multitude d’organismes proposant des prestations et des tarifs différents. Pour vous aider à faire le bon choix, voici cinq points clés à prendre compte.

Mettre en concurrence les différentes mutuelles

Le domaine de l’assurance santé étant un secteur très concurrentiel, il peut s’avérer judicieux de faire réaliser plusieurs devis auprès de plusieurs organismes afin de pouvoir faire jouer la concurrence. Il vous sera alors possible de demander à votre complémentaire santé actuelle de s’aligner sur le contrat vous semblant le plus intéressant mais aussi de vous diriger vers l’offre proposant le meilleur rapport tarif/garanties. Sachez qu’il existe également des comparateurs gratuits en ligne comme Assur Mutuelle pour vous aider dans votre choix.

Bien cibler les besoins en dépenses santé

En matière de santé, il est nécessaire d’évaluer ses besoins au cas par cas. Nous n’avons pas tous les mêmes besoins et ceux-ci sont mêmes susceptibles de varier tout au long de notre vie. Si vous êtes atteint d’une pathologie particulière ou encore d’une maladie chronique nécessitant des soins ainsi que des consultations de manière régulière, il sera alors judicieux d’opter pour un contrat vous garantissant de meilleurs remboursements sur vos frais médicaux. Le tarif sera certes un peu plus élevé qu’avec un contrat de base classique, mais il se révélera en fin de compte beaucoup plus intéressant d’un point de vue financier car il restera donc moins de dépenses à votre charge.

À lire aussi : Bien choisir sa mutuelle quand on est un senior

Autre critère important à prendre en compte, vos besoins en matière d’optique et de soins dentaires. Il s’agit bien là deux deux postes de dépenses de santé particulièrement mal remboursés par la Sécurité Sociale mais qui sont pourtant indispensables. En revanche, pas question de faire l’impasse sur les frais liés à l’hospitalisation sous peine de devoir faire face à de lourdes dépenses en cas d’imprévu. Enfin, en fonction de l’âge, nos besoins en soins médicaux augmentent et donc les frais les accompagnant également. Il s’agit tout simplement d’ajuster votre contrat à vos besoins, en renforçant une garantie ou en en annulant une autre que vous jugerez vous être inutile.

Opter pour le paiement annuel

D’une manière générale, il s’avère plus avantageux de régler ses cotisations à son assurance santé en privilégiant le versement annuel plutôt que le versement mensuel. Bien que la plupart des personnes préfèrent payer leur adhésion au compte goutte afin d’éviter de devoir payer une somme conséquente, le paiement annuel est pourtant plus économique. Il permet la suppression de certains frais imposés par votre mutuelle, notamment certains frais de recouvrement « cachés » passant souvent inaperçus dans le montant des cotisations. Pour le vérifier, il vous suffira simplement de multiplier par douze le montant mensuel proposé par votre assurance santé afin de le comparer au montant annuel annoncé.



Les offres promotionnelles

De plus en plus d’organismes de complémentaire santé proposent des offres intéressantes lors de la souscription d’un nouveau contrat. Il existe plusieurs types de réductions pouvant prendre la forme d’un pourcentage offert sur le total de votre facture ou encore de bénéficier d’un ou plusieurs mois d’adhésion offerts. Le parrainage en est un autre exemple. Le principe est simple : en recommandant ou en vous faisant recommander par l’une de vos connaissances auprès d’une assurance santé, vous bénéficierez ainsi tous deux d’une réduction.

L’ACS ou aide complémentaire.

Si vous êtes éligible, vous pouvez bénéficiez de l’Aide à la Complémentaire Santé proposée par la Sécurité Sociale. Elle est proposée aux personnes ne pouvant pas bénéficier de la CMU et remplissant toutefois certaines conditions de ressources, et résidant en France en situation régulière depuis plus de trois mois. Son montant varie entre 100 et 550€ par an en fonction de votre âge et sera déduit de vos cotisations de mutuelle. Pour évaluer vos droits à l’ACS ou en faire la demande, il suffit de vous rendre sur le site de l’Assurance Maladie.

À lire aussi : Pourquoi les étudiants renoncent à se soigner