Spécialiste du diabète, le diabétologue a pour but de dépister le diabète, de veiller au traitement du patient et des complications liées. Il veille aussi à l’éducation thérapeutique du patient et l’aide ainsi dans sa démarche d’auto-surveillance glycémique. Le diabétologue exerce en centre hospitalier ou à titre libéral. Il assure des suivis réguliers, notamment en cas d’insulinothérapie. En France, ils sont environ 3 millions de personnes à souffrir du diabète.

Pathologies traitées par le diabétologue

Les diabètes de type 1 et de type 2 sont des soins pris en charge par ce spécialiste. Il traite aussi les complications liées, comme la néphropathie, le pied diabétique et la neuropathie. Comme le diabète peut toucher différents organes du corps humain et entraîner d’autres troubles, il est possible que votre diabétologue vous oriente vers d’autres spécialistes comme le diététicien, l’ophtalmologiste, le podologue ou le cardiologue. Cela, dans le but de combler les lacunes du traitement.

Une femme en projet de grossesse, un homme ou une femme avec des troubles sexuels peuvent aussi consulter un diabétologue dans le but de se faire dépister.

La première consultation

Lors de la première visite chez le diabétologue, vous devez produire la lettre de votre médecin traitant. Le spécialiste vous demandera aussi les documents suivants :

  • Bilan de visites chez d’autres spécialistes,
  • Carnet de surveillance,
  • Preuve d’antécédent personnel ou familial.

Il vous interrogera notamment sur votre mode de vie et effectuera des examens cliniques.

Remboursement diabétologue

La consultation chez le diabétologue est remboursée au même titre que le médecin spécialiste. Si le parcours de soins coordonnés est respecté, vous profitez d’un meilleur remboursement auprès de l’assurance maladie, soit 70% de la base de remboursement, contre seulement 30% pour ceux ne respectant pas le parcours de soins. A savoir que le parcours de soin s’inscrit dans le cadre des contrats responsables et exige de passer par le médecin généraliste avant la consultation chez le spécialiste. Vous pouvez également demander conseil à votre mutuelle complémentaire.