Le sexe est une chose aussi magnifique qu’elle peut parfois faire peur, notamment au niveau des risques encourus comme une grossesse non-désirée. Afin d’éviter un bébé qui arrive au mauvais endroit au mauvais moment, de nombreux moyens de contraceptif comme le stérilet, la pilule ou encore les implants ont développés. Néanmoins, la multitude des moyens de contraception peut parfois effrayer, d’autant plus que leur fonctionnement est parfois méconnu. Voici donc, rien que pour vous, nos conseils.

Le stérilet : au cuivre ou hormonal ?

Le stérilet est devenu un moyen de contraception populaire, et pourtant il a tendance à faire peur… par ignorance ? Il existe aujourd’hui deux types de stérilet : celui au cuivre (qui provoque une légère inflammation locale limitant la fécondation) et hormonal (hormone qui vient agir sur les muqueuses). Ces deux modèles ont leurs propres avantages et inconvénients. Le stérilet au cuivre, s’il se révèle efficace, peut parfois, en quelques cas, provoquer des règles abondantes. Si le stérilet hormonal peut parfois provoquer acné et prise de poids, cela reste faible, et surtout, l’efficacité est reconnue plus grande chez le stérilet hormonal. Tout ça en plus de diminuer fortement les règles, voire de les stopper.

La pilule : classique et efficace ?

S’il est vrai que le stérilet ne nécessite qu’une pose, ainsi qu’une révision tous les 5 à 10 ans selon le modèle, sa pose est particulièrement désagréable. Certains peuvent alors être légitimement tentées de se tourner vers la pilule, comme la pilule Leeloo. La pilule vient agir directement en empêchant l’ovulation. Grâce à la pilule, les spermatozoïdes sont en effet stoppés net alors qu’ils essayent de passer par un endomètre devenu très épais.

Patch contraceptif : un bon compromis ?

Une fois posé, le patch contraceptif est actif pendant quatre semaines, à raison d’un patch par semaine durant trois semaines. Utilisé de cette manière, le patch contraceptif peut représenter un excellent moyen contraceptif puisque son efficacité est estimée à 99,7 !… A condition de bien respecter le fonctionnement du patch contraceptif, comme en recoller un nouveau immédiatement s’il se décolle. Assez discret, il représente un excellent compromis avec la pilule, redondante, et le stérilet, trop lourd. Attention : les effets secondaires restent similaires à ceux de la pilule, et il n’est pas remboursé.

Implant contraceptif : une des solutions les plus optimales ?

L’implant contraceptif ressemble d’une certaine manière au stérilet dans la mesure où il nécessite l’intervention d’un professionnel qui, de la même manière qu’un vaccin, viendra vous injecter l’implant directement dans le bras. Son efficacité est quasiment maximale (99,9%) et se renouvelle uniquement tous les trois ans. Surveillez néanmoins les effets secondaires : l’implant contraceptif peut avoir tendance à dérégler vos règles et peut provoquer les mêmes effets secondaires que la pilule. Rassurez-vous : les cas restent minimes.

Contraceptifs injectables

De la même manière que le stérilet ou l’implant, le contraceptif injectable demande l’intervention d’un professionnel. Il a à cet égard les mêmes taux d’efficacité, même s’ils peuvent être affectés par l’âge et les médicaments. Les contraceptifs injectables représentent donc une solution intéressante, mais ils ont tendance à présenter les mêmes effets secondaires que leurs compères (stérilet), à la différence que les contraceptifs ne peuvent être retirés. Alors, réfléchissez bien à votre moyen de contraception !