Les ordinateurs sont devenus des éléments incontournables dans l’univers du travail. Il n’est pas rare qu’on trouve un travailleur restant des heures par jour devant son écran tout en maniant une souris. Utiliser une souris implique des mouvements répétitifs réalisés par les membres supérieurs, ce qui entraînera des troubles musculo-squelettiques liés au travail (TMSLT), dont le syndrome de la souris. Ce sont généralement les personnes qui font une activité manuelle répétitive qui en sont victimes.

Les causes

Le syndrome de la souris est causé par les gestes répétitifs de la main, du poignet et de l’avant bras lors de l’utilisation prolongée d’une souris d’ordinateur. Il affecte les tissus mous comme les muscles, les tendons et les nerfs en se manifestant par une tendinite ou par le syndrome du canal carpien. Le nerf médian du poignet subit une compression entrainant des douleurs et fourmillements au niveau des trois premiers doigts de la main qui manient la souris.

Toutefois, d’autres facteurs peuvent favoriser la compression du nerf médian engendrant le syndrome de la souris, comme :

  • Les troubles hormonales causés par la grossesse ou par la ménopause qui impactent sur l’élasticité des tendons et des ligaments.
  • Les maladies métaboliques comme le diabète ou l’arthrite rhumatoïde ainsi que l’hypothyroïde.
  • Les blessures au niveau du poignet ou de la main telles que la contusion, l’entorse ou la fracture.
  • Les mauvaises postures durant de longues périodes.
  • L’exposition prolongée au froid
  • L’utilisation fréquente des matériels vibrants
  • Le stress, le sommeil troublé et même le surpoids

Les symptômes

Les symptômes du syndrome de la souris se caractérisent principalement par la déficience du moteur sensitif :

  • Une sensation de fourmillement et de douleur au niveau des trois premiers doigts (le pouce, l’index, le majeur), pouvant aboutir à une paralysie des doigts.
  • Une sensation que les doigts se gonflent.
  • Une perte de sensibilité des trois premiers doigts.
  • Une sensation de décharges électriques au poignet, dans les trois premiers doigts et aussi dans l’avant bras.
  • La faiblesse de la force du pouce rendant difficile certaines actions comme tenir un journal, ouvrir une bouteille, porter un verre d’eau, tourner une clef dans une serrure, etc.
  • L’envie de frotter le poignet et les doigts pour apaiser les douleurs et les engourdissements.
  • Ces symptômes persistent souvent la nuit et durant une activité qui nécessite l’utilisation du poignet.

Les traitements

Consulter un médecin :

Cela se révèle la première action à faire dès la sensation des premières douleurs. Il va réaliser un bilan de posture qui lui permettra de confirmer l’existence de tendinite ou du syndrome de la souris. La prise en charge des manifestations du syndrome se base sur un traitement symptomatique de la douleur et aussi la prise des médicaments qui calment les douleurs comme le doliprane ou l’efferalgan, etc.

Utiliser une souris ergonomique :

Pour choisir une souris ergonomique afin de guérir un trouble musculo-squelettique, il faut noter que sa forme, son poids, l’emplacement des boutons doivent tenir compte de l’origine des douleurs, au niveau du canal carpien ou tendinite au doigt par exemples. Une souris ergonomique d’un collègue de travail peut ne s’adapter à une autre personne si l’un souffre du syndrome du canal carpien et l’autre du mal de dos. Il existe aujourd’hui des souris qui se manient la paume tournée vers l’intérieur (souris ergonomique verticale) et non plus la paume tournée vers le bas. En conséquence, le poignet n’est plus sujet à des irritations, le déplacement est assuré avec l’avant bras, ce qui procure un confort maximal.

En cas de douleur aux doigts, les souris avec trackball intégré se révèlent les plus adaptés. L’index sera soulagé d’efforts trop intenses car la charge de travail se répartit entre les autres doigts, notamment le pouce.

Consulter un ostéopathe

L’ostéopathie constitue une alternative efficace permettant d’apaiser la douleur du poignet et de la main suite à la compression du nerf médian. Il s’agit d’un traitement manuel qui va de la région cervicale jusqu’à la main où l’ostéopathe atténue toutes les tensions situant sur le passage du nerf afin d’optimiser son fonctionnement. Le but consiste à détecter et libérer les endroits susceptibles de conflits du nerf médian. Au cas où la douleur et le fourmillement des doigts ne durent pas, recourir aux traitements ostéopathiques permet d’éviter l’aggravation des symptômes et l’opération éventuelle du canal carpien.